header
header au hover


Bienvenue sur Altitude Tropicale
Cultiver des plantes insolites est un réel plaisir. D'abord en raison de leur rareté, mais aussi pour leur port si différent des végétaux que l'on rencontre sous nos latitudes. L'intérêt qui se manifeste actuellement pour les plantes exotiques va de pair avec l'accroissement du temps libre. On passe de plus en plus de temps dans son jardin et l'on rêve de vacances ensoleillées sous des pays lointains. Or, précisément, les plantes exotiques évoquent ces pays ensoleillés. En avoir chez soi, c'est apporter à son jardin une ambiance exotique qui incite à l'évasion, au rêve, au voyage. Mais créer un jardin de plantes exotiques sous des climats sujets au gel, cela semble généralement un véritable challenge. L'objectif de ce forum est donc de vous faire découvrir un choix de plantes acclimatables dans les jardins tempérés.
Inscrivez-vous dés maintenant pour accéder à toutes nos fonctionnalités.


Forum de jardinage traitant des plantes exotiques acclimatables.
 


Derniers sujets
» Canna stuttgart
par Brahea26 Aujourd'hui à 20:31

» Coniogramme intermedia
par fascicularia Aujourd'hui à 20:21

» Phormium tenax a l’etat sauvage (NZ)
par Brahea26 Aujourd'hui à 18:44

» Musa basjoo en climat tres sec
par Brahea26 Aujourd'hui à 18:35

» Semis fougères
par olivierd Aujourd'hui à 18:05

» Canna ‘Wolf Song’
par Brahea26 Aujourd'hui à 17:59

» Coniogramme emeiensis - Fougère bambou
par olivierd Aujourd'hui à 17:57

» Canna bird of paradise
par Brahea26 Aujourd'hui à 17:40

» Presentation de Brahea26
par fascicularia Aujourd'hui à 17:14

» Magnolia compressa (ex Michelia compressa)
par fascicularia Aujourd'hui à 16:02

» incubateur de graines
par fascicularia Aujourd'hui à 14:57

» Musa sanguinea
par fascicularia Aujourd'hui à 0:39

» graines d'hedychium
par dom32 Hier à 23:51

» Qui cultive cet hedychium?
par lilyrose Hier à 21:37

» Hechtia texensis
par fascicularia Hier à 2:04

» Message pour les arlertes
par fascicularia Mar 15 Jan 2019 - 14:20

» Calanthe reflexa
par fascicularia Lun 14 Jan 2019 - 19:23

» Quizz aléatoire : exercez vos méninges et votre perspicacité
par lilyrose Dim 13 Jan 2019 - 19:41

» Plantes : Le caprier /Importance économique et conduite technique
par fascicularia Dim 13 Jan 2019 - 15:42

» Guide d'aide à l'identification des végétaux : Reconnaître facilement les plantes
par fascicularia Sam 12 Jan 2019 - 20:46

» Guide d'aide à l'identification des végétaux : guide des fruits sauvages
par fascicularia Sam 12 Jan 2019 - 20:43

» Guide d'aide à l'identification des végétaux : Quelle est donc cette fleur ?
par fascicularia Sam 12 Jan 2019 - 20:37

» Potager et verger : un potager sur mon balcon
par fascicularia Sam 12 Jan 2019 - 19:58

» Canna cleopatra
par lilyrose Sam 12 Jan 2019 - 16:43

» Jardinage bio : les plantes au secours des plantes /Purin d'ortie et compagnie
par fascicularia Sam 12 Jan 2019 - 14:26

» Semis Polynogatum
par olivierd Ven 11 Jan 2019 - 18:54

» Flore régionale : La parure végétale de l'île des Embiez
par fascicularia Ven 11 Jan 2019 - 17:24

» Ouvrage généraliste : Biologie végétale
par dom32 Ven 11 Jan 2019 - 16:08

» Les plantes :Les Orchidées
par fascicularia Ven 11 Jan 2019 - 15:08

» Construction serre
par Zina Ven 11 Jan 2019 - 13:51

» Présentation de : Villa Regina
par Zina Ven 11 Jan 2019 - 8:49

» Dioon spinulosum - 50%
par dom32 Jeu 10 Jan 2019 - 17:49

» Comptonia peregrina
par fascicularia Mer 9 Jan 2019 - 23:32

» Bonne année 2019
par Zina Mer 9 Jan 2019 - 9:15

» ciseaux de greffage
par dom32 Mar 8 Jan 2019 - 16:28

» Qui cultive un lapageria?
par dom32 Mar 8 Jan 2019 - 16:23

» Hedychium horsfieldii
par dom32 Mar 8 Jan 2019 - 16:16

» Semis de Canna Warscewiczii
par lilyrose Ven 4 Jan 2019 - 18:18

» Schefflera alpina : schefflera rustique
par hydra Lun 31 Déc 2018 - 19:16

» Les revues des jardins botaniques et des associations horticoles : Orchidarium
par fascicularia Lun 31 Déc 2018 - 16:45

» Les plantes : Orchidaceae
par fascicularia Lun 31 Déc 2018 - 16:24

» Aralia elata var. mandshuricha
par fascicularia Lun 31 Déc 2018 - 11:47

» Flore régionale : Flore des maquis et des végétations associées de Corse
par fascicularia Dim 30 Déc 2018 - 19:52

» Méthode de culture : La culture des agrumes
par fascicularia Dim 30 Déc 2018 - 19:49

» Potager et verger : L'ABC Du Verger - Geste Par Geste
par fascicularia Dim 30 Déc 2018 - 19:33

» Présentation de : Benjoy
par fascicularia Dim 30 Déc 2018 - 19:02

» Indexation de la section par auteur : Techniques d'acclimatation et de multiplication
par fascicularia Dim 30 Déc 2018 - 16:28

» Indexation de la section par ordre alphabétique : Techniques d'acclimatation et de multiplication
par fascicularia Dim 30 Déc 2018 - 16:27

» Indexation de la section par auteur : Discussions générales sur le jardinage
par fascicularia Dim 30 Déc 2018 - 16:17

» Indexation de la section par ordre alphabétique : Discussions générales sur le jardinage
par fascicularia Dim 30 Déc 2018 - 16:15

Partagez
|

Cymbidium goeringii

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
HORS LIGNE
fascicularia
Administrateur
avatar


Localisation : St Médard de Guizières 33230

Les échanges et recherches


Les échanges
Je recherche:
Je propose à l'échange:

Transmettre par MP
Message n°1 Sujet:

Cymbidium goeringii Ven 2 Mar 2018 - 20:30


Cymbidium goeringii


FAMILLE BOTANIQUE : Orchidaceae

NOM BOTANIQUE : Cymbidium goeringii (Rchb.f.) Rchb.f.

NOM COMMUN : shunran, hokuro, jijibaba.


SYNONYMES : Maxillaria goeringii HG Reichenbach, Bot. Zeitung (Berlin) 3: 334, 1845; Cymbidium formosanum Hayata; C. formosanum f. albiflorum SS Ying; C. forrestii Rolfe; C. goeringii f. albiflorum (SS Ying) SS Ying; C. goeringii var. formosanum (Hayata) SS Ying; C. goeringii var. papyriflorum YS Wu; C. pseudovirens Schlechter; C. tentyozanense Masamune; C. uniflorum TK Yen (1964), pas LJ Chen, LQ Li et ZJ Liu (2007); C. virens HG Reichenbach; C. virescens Lindley; C. yunnanense Schlechter.

ORIGINE : Chine, Inde, Japon, Taïwan, Corée et Corée du Sud.

TYPE DE PLANTE : Orchidée terrestre.

HAUTEUR : 12 à 40 cm.

CROISSANCE : Lente.

PLANTATION : Printemps.

PÉRIODE DE FLORAISON : De l'hiver au printemps.

COULEUR DE LA FLORAISON : Variable (du vert normal aux jaunes, aux oranges, aux rouges, aux stries pourpres et même aux blancs purs).

MULTIPLICATION : Division, micropropagation, semis.

ZONE DE RUSTICITÉ : À compter de la zone 8a. Des expériences relatent une maintenance possible en zone 7a pour les cultivars les plus résistants.

COMPORTEMENT FACE AU FROID : Cette espèce tolère le gel, mais les températures négatives prolongées endommagent le feuillage et les fleurs. Un châssis de protection et vivement conseillé en milieu très ouvert.

SOL : En pot, les Japonais préconisent des mélanges à base de terre de Kanuma, de billes d'argile, de terre Akadama, de sable Kiryû; l'important étant d'avoir un mélange drainant pour éviter les excès d'humidité. Les plus grosses particules sont placées au fond du pot et les plus petites,partie supérieure.


En pleine terre, tout substrat profond, drainant et riche en humus fera l'affaire.

EXPOSITION : Mi-ombre ou tout au moins en évitant une exposition aux heures les plus chaudes de la journée.


QUI EST-ELLE?
Ce cymbidium est une orchidée très prisée dans les jardins des régions tempérées chaudes de la Chine, du Japon de l' Inde, de Taïwan,de la Corée et la Corée du Sud.
Les plantes poussent activement au printemps et en été et produisent des fleurs de l'hiver au printemps lorsque les conditions de croissance sont fraîches. Celles-ci ne sont que subtilement voyantes et souvent camouflées par le feuillage.

Chaque tige porte une à trois fleurs. Chaque fleur a trois sépales étroits et trois pétales plus centraux avec un labelle froissé .
De formes et de couleurs pouvant être assez variables, allant du vert normal aux jaunes, aux oranges, aux rouges, aux stries pourpres et même aux blancs purs.
Pour cette raison, la plante a été récoltée pendant de nombreuses années et des centaines de clones ont été nommés et cultivés.
Les plantes sauvages locales sont cependant beaucoup plus uniformes en couleur et en forme.

Les feuilles, basales, sont longues (12 à 40 cm), fines, minces mais coriaces, dressées depuis la base et avec une extrémité retombante. Le bord des feuilles est très légèrement rugueux.

Un aspect intéressant de cette plante est que sa masse aérienne est égale à la masse souterraine.Les racines et les pseudobulbes sont toujours souterrains .

La gousse de Cymbidium goeringii est érigée. Elles mettent presque un an pour mûrir et se diviser complètement.

En milieu naturel, cette plante miniature, forme parfois des colonies comptant des dizaines d'individus.

De par sa grande variabilité au niveau des couleurs et des formes, on retrouves diverses sélections horticoles. En voici quelques unes :

- Cymbidium goeringii var. goeringii

- Cymbidium goeringii var. gracillimum

- Cymbidium goeringii var. longibracteatum

- Cymbidium goeringii var. tortisepalum

- Cymbidium goeringii var. alba

Comme la plupart des plantes japonaises, elles sont également une source d'inspiration pour les artistes, les peintres et les designers, qui les reproduisent sur toutes sortes de supports.

Depuis l'ère Edo, ce sont des plantes ornementales extrêmement prisées, présentées en pots. Les plantes produites au Japon sont appelées nihon-shunran (travail variétal centré sur la couleur des fleurs et le motif des feuilles); quant à celles produites en Chine (travail variétal centré sur la forme des fleurs et leur parfum), ce sont les chûgoku-shunran.

Les fleurs du Cymbidium goeringii sauvage sont comestibles et utilisées en infusion (thé d'orchidée, ran-yu) après avoir été saumurées; mais cette tradition a tendance à disparaître car le nombre de plantes sauvages est en grande diminution. Bien que la plante ne figure pas sur la liste rouge des plantes menacées du Japon, elle est déjà en danger d'extinction sur l'île de Hokkaidô. On peut également les cuisiner vinaigrées, en sunomono.


D'OÙ VIENT-ELLE ?
Cymbidium goeringii est une orchidée que vous pouvez trouver à l'état sauvage dans de nombreux endroits en Inde, à Taïwan, au Japon, en Chine, en Corée et en Corée du Sud.

Au japon, cette plante remarquable vit plus au nord que tout autre membre du genre.
On la retrouve dans presque toutes les régions , depuis l'île de Yakushima, à l'extrême sud jusqu'à l'île de Hokkaidô , au nord, où elle subit des températures glaciales de la fin de l'automne au début du printemps.
Cette derniére localisation laisse présager d'une bonne résistance au froid qui permettrait aux plantes issues de cet écotype particulier de faire partie des plantes acclimatables dans nos jardins. Il est à rappeler qu'en fonction de l'altitude, les températures en Janvier peuvent osciller entre −4 °C à −12 °C .

Cette orchidée terrestre pousse à une altitude comprise entre 300 et 2200 m et, se retrouve dans une gamme d'habitats assez variés (forêts secondaires , forêts humides, plantations de conifères et forêts de pins sur les dunes de sable en bord de mer ).
Il lui arrive parfois de se comporter comme une lithophyte en s'installant dans les anfractuosités des pentes rocheuses pour peu que de l'humus y soit présent.

COMMENT LA CULTIVER ?

La culture en pot profond est une bonne alternative lorsque l'origine du plant que l'on maintient n'est pas clairement déterminée .

En pleine terre et, dans une zone soumise à des gels intenses, il est préférable de s'orienter vers des écotypes dont l'origine est connue pour leur résistance. Dans le cas d'une destruction de la masse foliaire, il faut envisager la possibilité de ne pas obtenir de floraison.


Il est inutile de préciser qu'en zone limite, il vous faudra veiller à choisir une exposition privilégiée dans le but d'espérer une floraison.

Quand la planter :
Plantation au printemps de préférence c'est à dire en début de phase de croissance.

Comment la planter ?
En pot, privilégiez un substrat profond, drainant et riche en humus.

En pleine terre, comme le reste du genre, ce Cymbidium n'est pas très exigeant en ce qui concerne le substrat. Si votre terrain est très compact ou argileux, nous vous conseillons de réaliser une poche de plantation. Creusez une cuvette d’environ 40 cm, recouvrez son fond d’une couche de drainage (pierre de lave ou cailloux fins) et remplissez-la par le substrat conseillé ci-après.


Il se plait dans les sols riche en humus et bien drainant. Il est conseillé d’aérer le sol à l’aide de substrat minéral (au moins 50%) tels que du sable, de l’argex, de la perlite ou idéalement de la pierre de lave (vulca). Vous pouvez ajouter un peu d’écorce de pin finement broyée et un compost à base de feuilles ou de fibres de coco.


Où la planter ?
On évitera le plein soleil de l'après-midi, en plaçant les plantes à l'aplomb de grands arbres, ou en ménageant une ombrière ne laissant passer que 70 à 80% de lumière solaire. Tout ombrage sera supprimé l'hiver, sauf dans les régions où le soleil reste particulièrement brillant.

Culture et entretien :
En période de croissance (au printemps et en été) arrosez suffisamment et fertilisez avec de l'engrais dilué.
Laissez au substrat le temps de s'assécher entre chaque arrosage.

À la fin de l'été, cessez toute fertilisation et réduisez considérablement les arrosages.
Donnez juste ce qu'il faut d'eau pour éviter le flétrissement des bulbes et des feuilles.

Il est à noter que cette orchidée à besoin d'une température estivale dépassant les 25°C pour avoir une phase de croissance suffisante.

Le système racinaire se développe principalement vers le bas et très peu latéralement, donc les pots de culture doivent être profonds. Un contenant de 15 cm de diamètre pour une profondeur de 30 cm est idéal.

À la fin de l'automne, les plantes devraient être exposées à des températures nocturnes fraîches afin d'induire la floraison.

Le rempotage s'effectue de préférence en mars-avril ou en octobre-novembre et, tous les deux ou trois ans selon l'état du substrat.
La pression de leurs racines, leur adhérence aux parois du pot rendent parfois impossible un dépotage simple. Le mieux est alors de découper le pot et d'en détacher délicatement les morceaux.

Enlevez juste les feuilles mortes ou qui périssent.

Multiplication :

Division des souches , micropropagation et d'une façon plus anecdotique, le semis.

Semis :
Ce mode de multiplication présente plusieurs difficultés. Il faut d’abord trouver et cultiver le champignon responsable de la germination (Rhizoctonia),avoir un milieu stérile et désinfecté.
Si tout est mis en œuvre, vous pourrez espérer quelques germinations.

Au pire , vous pouvez essayer de semer les graines au pied du plant que vous avez chez vous. Le champignon responsable peut être présent dans le substrat, ce qui favoriserait la germination. Bien entendu, il n’y a pas de garantie mais, c’est une expérience intéressante à faire.


Division :
On pourra profiter du rempotage, pour diviser les plantes dont les pseudobulbes feuillus sont très écartés les uns des autres, et aussi pour enlever les pseudobulbes sans feuilles, quand on peut le faire sans dommage pour la plante.
On laissera 3 à 4 pseudobulbes feuillus à chaque nouvelle plante en plus de la nouvelle pousse. Ce cymbidium étant très sensibles aux infections, de grandes précautions d'asepsie seront prises: flambage ou stérilisation de tous les instruments employés lors de ces manoeuvres. Les pseudobulbes enlevés seront mis de côté pour multiplication.

Après la transplantation, les plantes seront arrosées au minimum. Des pulvérisations sur le feuillage, atténueront les pertes d'eau par transpiration. Un fort ombrage est indiqué par soleil brillant, ou si la température est trop élevée après le rempotage; tout cela jusqu'à l'apparition des nouvelles racines.

Maladies, nuisibles et parasites :
En hiver la plante peut être attaquée par des petits acariens, de cochenilles, et autres araignées rouges, qui s’éliminent avec les traitements systémiques habituels.


Au printemps, et au moment de le sortir au jardin, il conviendra de lui distribuer des granules contre les limaces et escargots (sinon, gare au festin !!!).

- Cymbidium goeringii
Cliquer pour agrandir

- Cymbidium goeringii
Cliquer pour agrandir

- Cymbidium goeringii
Cliquer pour agrandir

- Cymbidium goeringii
Cliquer pour agrandir

-Cymbidium goeringii
Proposer une image

-Cymbidium goeringii
Proposer une image

-Cymbidium goeringii
Proposer une image

-Cymbidium goeringii
Proposer une image

Revenir en haut Aller en bas
HORS LIGNE
lazzaret
Membre
avatar


Les échanges et recherches


Les échanges
Je recherche:
Je propose à l'échange:

Transmettre par MP
Message n°2 Sujet:

Re: Cymbidium goeringii Dim 4 Mar 2018 - 1:32


superbe sujet et superbe(s) plante(s).

fiche détaillée et vraiment emballante, j'adore.

juste pour préciser, concernant le semis, de privilégier les semis asymbiotiques in vitro (= sans champignon)
si on veut travailler en symbiotique, préférer la méthode de semis sur carton (cardboard method for orchid sowing) qui ne nécessite aucun matériel de labo et pas plus de stérilité.

pour la culture en pleine terre, une terre de bruyère améliorée de débris de bois fonctionne bien, toujours en privilégiant une bonne profondeur de sol afin de permettre un fort développement des racines.
enfin, les feuilles mortes des arbres caduques fournissent et protection et un bel effet sur les plants de goeringii cultivés en pleine terre.

Revenir en haut Aller en bas

Cymbidium goeringii

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1
Sujets récents et similaires

Sujets récents de ce forum

Sujets similaires



Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Index des forums :: Fiches et articles :: ~Fiches de plantes~
Sauter vers: