header
header au hover


Bienvenue sur Altitude Tropicale
Cultiver des plantes insolites est un réel plaisir. D'abord en raison de leur rareté, mais aussi pour leur port si différent des végétaux que l'on rencontre sous nos latitudes. L'intérêt qui se manifeste actuellement pour les plantes exotiques va de pair avec l'accroissement du temps libre. On passe de plus en plus de temps dans son jardin et l'on rêve de vacances ensoleillées sous des pays lointains. Or, précisément, les plantes exotiques évoquent ces pays ensoleillés. En avoir chez soi, c'est apporter à son jardin une ambiance exotique qui incite à l'évasion, au rêve, au voyage. Mais créer un jardin de plantes exotiques sous des climats sujets au gel, cela semble généralement un véritable challenge. L'objectif de ce forum est donc de vous faire découvrir un choix de plantes acclimatables dans les jardins tempérés.
Inscrivez-vous dés maintenant pour accéder à toutes nos fonctionnalités.
Vous avez perdu votre mot de passe :
cliquez ici pour le récupérer.


Forum de jardinage traitant des plantes exotiques acclimatables.
 


Derniers sujets
» jardin gersois 2019
Jubaea chilensis Emptypar dom32 Aujourd'hui à 18:05

» Fascicularia et division
Jubaea chilensis Emptypar lilyrose Aujourd'hui à 12:05

» pathologies des agrumes
Jubaea chilensis Emptypar dom32 Lun 6 Avr 2020 - 5:42

» boutures de feuilles d eucomis
Jubaea chilensis Emptypar Denis03 Ven 3 Avr 2020 - 13:11

» Construction serre
Jubaea chilensis Emptypar dom32 Ven 3 Avr 2020 - 12:30

» Présentation de : Hart
Jubaea chilensis Emptypar hart Jeu 2 Avr 2020 - 12:51

» Mes débuts dans l’Allier
Jubaea chilensis Emptypar Denis03 Dim 29 Mar 2020 - 14:09

» Présentation de : charly1683
Jubaea chilensis Emptypar dom32 Dim 29 Mar 2020 - 12:18

» Cactus à identifier
Jubaea chilensis Emptypar Denis03 Dim 29 Mar 2020 - 10:41

» replanter nos bananiers
Jubaea chilensis Emptypar Migueloup Sam 28 Mar 2020 - 19:44

» Niwaki (taille en nuage)
Jubaea chilensis Emptypar dom32 Sam 28 Mar 2020 - 12:47

» Hedychium longicornutum
Jubaea chilensis Emptypar dom32 Ven 27 Mar 2020 - 19:40

» Présentation de : roger34400
Jubaea chilensis Emptypar Franck54 Mar 24 Mar 2020 - 13:18

» Présentation de : Yyng
Jubaea chilensis Emptypar Franck54 Mar 24 Mar 2020 - 13:16

» Besoin de conseils pour serre tropicale intérieure
Jubaea chilensis Emptypar Franck54 Mar 24 Mar 2020 - 13:14

» hédychiums
Jubaea chilensis Emptypar lilyrose Sam 21 Mar 2020 - 19:17

» Quelle grimpante pour l'ombre ?
Jubaea chilensis Emptypar dom32 Jeu 19 Mar 2020 - 12:19

» rech bananiers
Jubaea chilensis Emptypar dom32 Jeu 19 Mar 2020 - 12:05

» semis lotus
Jubaea chilensis Emptypar lilyrose Mer 18 Mar 2020 - 19:20

» Passiflore alata
Jubaea chilensis Emptypar dom32 Mer 18 Mar 2020 - 11:36

» Semis de lotus de Logan
Jubaea chilensis Emptypar logan Lun 16 Mar 2020 - 17:58

» du soleil pour nous rechauffer
Jubaea chilensis Emptypar dom32 Dim 15 Mar 2020 - 17:37

» manguier qui n'arrive pas à faire de feuille
Jubaea chilensis Emptypar Glagla19 Jeu 12 Mar 2020 - 22:37

» Présentation de : logan
Jubaea chilensis Emptypar Glagla19 Mer 11 Mar 2020 - 22:08

» Jardin d'eau de Logan
Jubaea chilensis Emptypar logan Mer 11 Mar 2020 - 18:08

» Présentation de : fincasor
Jubaea chilensis Emptypar grandan08 Mar 10 Mar 2020 - 21:44

» Canna Kansas City
Jubaea chilensis Emptypar canna Mar 10 Mar 2020 - 7:32

» Spathantheum fallax
Jubaea chilensis Emptypar fascicularia Lun 9 Mar 2020 - 19:57

» Côté serre chez Logan
Jubaea chilensis Emptypar logan Dim 8 Mar 2020 - 19:50

» Présentation de : Did03
Jubaea chilensis Emptypar grandan08 Dim 8 Mar 2020 - 18:42

» Canna jaegeriana
Jubaea chilensis Emptypar fascicularia Dim 8 Mar 2020 - 14:37

» Semis fougères
Jubaea chilensis Emptypar Franck54 Sam 7 Mar 2020 - 12:30

» Cypripedium : culture
Jubaea chilensis Emptypar fascicularia Jeu 5 Mar 2020 - 13:50

» Cyathea australis à 11 euros
Jubaea chilensis Emptypar lilyrose Mer 4 Mar 2020 - 11:12

» Jardinage en général: réussir les plantes en po
Jubaea chilensis Emptypar fascicularia Mar 3 Mar 2020 - 17:16

» Soins des plantes : sos plantes
Jubaea chilensis Emptypar fascicularia Mar 3 Mar 2020 - 17:09

» Le jardinage en général : Les plantes de bassin
Jubaea chilensis Emptypar fascicularia Mar 3 Mar 2020 - 17:05

» Le jardinage en général : culture en intérieur
Jubaea chilensis Emptypar fascicularia Mar 3 Mar 2020 - 16:49

» Soins des plantes : maladies et ravageurs des plantes de jardin
Jubaea chilensis Emptypar fascicularia Mar 3 Mar 2020 - 16:23

» Le jardinage en général : cactus et plantes-succulentes du monde
Jubaea chilensis Emptypar fascicularia Mar 3 Mar 2020 - 16:18

» Le jardinage en général : Jardin de rocaille
Jubaea chilensis Emptypar fascicularia Mar 3 Mar 2020 - 16:09

» utilisez vous des Insectes auxiliaires
Jubaea chilensis Emptypar dom32 Lun 2 Mar 2020 - 15:09

» Canna Thai Rainbow
Jubaea chilensis Emptypar canna Lun 2 Mar 2020 - 10:59

» Pennisetum latifolium
Jubaea chilensis Emptypar dom32 Sam 29 Fév 2020 - 22:27

» Test de mutation sur divers musa
Jubaea chilensis Emptypar canna Ven 28 Fév 2020 - 7:16

» Présentation de : canna
Jubaea chilensis Emptypar canna Mer 26 Fév 2020 - 21:53

» Début d'un jardin exotique Lourdais
Jubaea chilensis Emptypar Migueloup Mar 25 Fév 2020 - 20:14

» Présentation de : pascal21
Jubaea chilensis Emptypar dom32 Lun 24 Fév 2020 - 17:01

» Alocasia macrorhiza
Jubaea chilensis Emptypar Pascal21 Lun 24 Fév 2020 - 8:12

» observation sur hédychium rubrum
Jubaea chilensis Emptypar dom32 Sam 22 Fév 2020 - 9:49


Jubaea chilensis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

HORS LIGNE
fascicularia
Administrateur
fascicularia


Localisation : St Médard de Guizières 33230

Les échanges et recherches


Les échanges
Je recherche:
Je propose à l'échange:

Ajouter le sujet à vos favoris Transmettre par MP
Jubaea chilensis EmptyMessage n°1 Sujet:

Jubaea chilensis

Jubaea chilensis EmptyMar 30 Déc 2008 - 0:43

Jubaea chilensis

Jubaea chilensis



FAMILLE BOTANIQUE : Arecaceae.

NOM BOTANIQUE : Jubaea chilensis (Molina) Baill..

NOM COMMUN : Aucun.

SYNONYMES : Cocos chilensis (Molina) Molina, Cocos chilensis (Molina) Kunth, Jubaea spectabilis Kunth , Micrococos chilensis (Molina) Phil., Molinaea micrococos Bertero, Palma chilensis Molina.

ORIGINE : Zone centrale du Chili.

TYPE DE PLANTE : Palmier.

HAUTEUR : 25 m.

CROISSANCE : Lente.

PLANTATION : Printemps/été.

PÉRIODE DE FLORAISON : En novembre au Chili.

COULEUR DE LA FLORAISON : Jaune-orangé.

MULTIPLICATION : Semis.

ZONE DE RUSTICITÉ : 8b/9a.

COMPORTEMENT FACE AU FROID : Si le froid ne s'éternise pas, il peut supporter des gels de l'ordre de - 12/-15°c sans dommage majeur.

SOL : Profond, fertile et bien drainé .

EXPOSITION : Soleil.



QUI EST-IL ?
Jubaea chilensis a été introduit en Europe en 1843 et les premiers spécimens français auraient été plantés à Lattes, près de Montpellier, en 1861. On trouve de très beaux sujets à Hyères, Saint-Tropez, autour de Cannes et de Menton, à la villa Thuret d’Antibes, ainsi qu’à Lorient, Morlaix (manoir de Kerozan) et Hendaye (place centrale). Les deux sujets de Lorient comportent des impacts de balles de la Seconde Guerre mondiale.

Le plus vieux Jubaea chilensis connu, baptisé La Capitana, serait âgé de 1 600 ans et mesure 28 m de haut.

Le cocotier du Chili est classé comme espèce menacée vulnérable  sur la liste rouge de l'UICN, classement en raison de son exploitation intensive dans son pays d’origine pour l’extraction de son fameux miel. L’exploitation de l’amande de son fruit et de sa sève élaborée est aujourd’hui réglementée. Actuellement, seulement 120 000 spécimens sont recensés dans leur aire de distribution naturelle, la région centrale sub-humide du Chili qui bénéficie d’un climat méditerranéen.

Le cocotier du Chili ou palmier du Chili, Jubaea chilensis, est une espèce de plantes monocotylédones de la famille des palmiers (Arecaceae). C'est la seule espèce actuellement acceptée au sein du genre Jubaea.

Jubaea chilensis est un palmier monoïque à feuilles pennées proche d’une lignée de genres distribués exclusivement dans l’hémisphère sud.

Avec son stipe (ou faux-tronc) qui atteint parfois cinq mètres de circonférence au sol pour 25 m de hauteur, il est le plus imposant des palmiers.

La couronne comprend 40 à 50 feuilles pennées de 3 à 5 mètres de longueur, rigides, coriaces et inermes, d'un vert plus au moins foncé. Cette couronne de feuilles est dressée au centre et recourbée pour les feuilles externes. Le feuillage est persistant. Les feuilles sont pennées à base engainante.

Chacune d'elles compte 110 à 120 folioles. Les folioles sont linéaires-lancéolés, vertes en dessus et glauques en dessous ; elles ont une architecture rédupliquée (le contraire des Phoenix). Elles sont fixées de manière alterne sur le rachis par un bourrelet peu saillant d'un vert jaunâtre, à nervure médiane d'un vert pâle, très saillante en dessus, formant en dessous un léger sillon longitudinal entièrement recouvert par un tomentum épais persistant, rouge brun.

Les pétioles sont courts, fibreux et se détachent facilement du stipe quand la feuille est morte7. Ce palmier perd ses palmes naturellement lorsque celles-ci ont séché.

La floraison commence seulement à partir de l'âge de quarante à soixante ans. De larges inflorescences apparaissent entre les feuilles en novembre au Chili. Les spathes naviculaires et fusiformes dépassent de 1,50 m de longueur et sont recouvertes d’un tomentum marron.
L’inflorescence porte de nombreuses fleurs jaune-orangé. L'inflorescence est un spadice ramifié de fleurs unisexuées, qui émerge à l'aisselle des feuilles inférieures ; elle est de couleur pourprée. Les fleurs mâles sont portées sur un pédoncule subtrigone avec calice tripartite. Les fleurs femelles, déprimées et globuleuses, sont protégées par un calice triphylle.

Les fruits sont des drupes ovoïdes, monospermiques. Ils sont semblables à des petites noix de coco de 3 cm de diamètre. Ils ont une pulpe orange ou jaune vif et fibreuse qui entoure une graine, contenant une chair blanche et comestible dont le goût rappelle celui de l'albumen de la noix de coco ordinaire. Les endocarpes sont parcourus de la base au sommet par 3 sillons plus ou moins saillants, alternant avec les trois pores ronds ou ovales, situés à des hauteurs différentes, depuis la base jusqu'au milieu. Ces trois opercules contiennent trois germes. La maturation de l'infrutescence du cocotier dure de février à mai dans l'hémisphère sud. Cette infrutescence arrive également à maturation dans le sud de la France.


C’est une plante à la croissance assez lente à l’âge juvénile puis qui s'accélère à partir de la quinzième année environ et qui ne fleurit pas avant l’âge de 60 ans.
C’est le plus résistant au froid de tous les palmiers à feuilles pennées. Dans de bonnes conditions, il peut supporter des températures allant jusqu’à −15 °C.

D'OÚ VIENT-IL ?
Jubaea chilensis occupe la zone centrale du Chili, comprise entre l'hacienda Las Palmas au Nord et la localité de Tapihué au Sud . Ce qui fait de cette espèce le deuxième palmier, après Rhopalostylis sapida, dont l'aire de répartition naturelle est la plus australe.

Il est inféodé aux régions chiliennes bénéficiant d'un climat méditerranéen, chaud et sec en été (de septembre à avril) et froid et humide en hiver (de mai à août). Les sols sont en général pauvres et pierreux. L'aire de distribution naturelle des Jubaea occupe la chaine côtière parallèle aux Andes (cordillère de la Costa) et ses vallées centrales, jusqu’à 1 500 mètres d’altitude, sur la côte de l’océan Pacifique (région du Maule, région du Libertador General Bernardo O'Higgins, région de Valparaíso, région de Coquimbo).

COMMENT LE CULTIVER

Quand le planter  ?
Plantez-le au printemps ou en été.

Comment le planter ?
Creusez une large fosse et veillez à ne pas enterrer le collet. Vous pouvez même le positionner un peu au-dessus du sol, car ce palmier est très sensible à l’excès d’humidité. Assurez-vous que le sol soit bien drainé. Faites un apport de terreau avec la terre de rebouchage. Formez une cuvette tout autour du pied, puis arrosez afin de bien chasser les bulles d’air.

Les grands sujets transplantés doivent être soutenus par 3-4 tuteurs formant un tipi autour du stipe. Relevez les palmes et liez-les durant le premier été afin de limiter l’évaporation.

Où le planter ?
Jubaea chilensis résiste à -12/-15 °C sur de courtes périodes, voire jusqu’à -17 °C, comme lors de l’hiver 1956 en Languedoc. Il apprécie le plein soleil et les étés chauds.

Dans son habitat naturel, il pousse en sol pauvre et caillouteux, mais si vous voulez stimuler la croissance, un sol profond, fertile et bien drainé sera bienvenu.

Ne le plantez pas trop près de bâtiments, car il est amené à occuper beaucoup de place dans l’avenir !.

Culture et entretien :
Fertilisez le sol à l’automne avec un engrais organique. Le cocotier du Chili vit en climat sec de type méditerranéen. Cependant, un arrosage abondant durant les étés chauds accélère sa croissance.

Veillez à bien irriguer les gros sujets durant les premières années qui suivent la transplantation.

Protégez les jeunes plants de l’excès d’humidité en hiver, avec une cloche si les hivers sont pluvieux comme en Bretagne.

Multiplication :

Semis
On peut multiplier Jubaea chilensis par semis. Semez dès la maturité des graines. Celles-ci mettront 3 à 15 mois à germer. La croissance est très lente au début, puis elle s’accélère après la quinzième année. Placez les graines dans de la terre humide entre 5 et 10 °C, durant quelques semaines, avant de les installer en condition chaude, à 27 °C.

Faire un semis en caissettes ou godets

Maladies, nuisibles et parasites
Une sorte de fonte des semis fait pourrir les jeunes plants. Veillez à ne pas laisser stagner de l’eau et laissez même quelques départs de racines apparents lors de sa plantation.

Le dessèchement des palmes peut être dû :
.au vieillissement naturel des palmes, en l’occurrence celles du pourtour de la couronne ;

.au dégât du gel (si le limbe s’est couvert de taches vert foncé qui ont bruni ou jauni) ;

.à un coup de soleil (avec rougissement des tissus) ;

.à une pourriture des racines due à un excès d’eau dans le sol : des taches noires persistantes apparaissent sur le limbe. Améliorez alors le drainage.

Les nuisibles qui s’attaquent aux cocotiers du Chili qui poussent en extérieur sont le papillon Paysandisia archon, depuis 1997, et le charançon rouge des palmiers (Rhynchophorus ferrugineus), depuis 2006, qui commettent des dégâts majeurs : des palmes trouées pour le papillon, découpées, séchées ou jaunissantes, pour le charançon. Ces ravageurs, introduits par accident, s’attaquent à toutes sortes de palmiers et conduisent à une mort rapide du sujet, soit un dessèchement total des palmes dès que le cœur est atteint par les larves.

Contre ces deux ravageurs, il existe un processus de lutte biologique sans danger, à base de nématodes microscopiques (Steinernema carpocapsae), sous forme de poudre mélangée à de l’argile, à diluer dans l’eau avant d’être pulvérisée dans le haut du stipe et la couronne humides. Effectuez trois passages à trois semaines d’intervalles de mars à novembre. Une boîte contenant 50 millions de nématodes permet de traiter un à cinq arbres, mais elle ne se conserve que deux semaines au réfrigérateur !

L’application de la glu brevetée par l’INRA Biopalm a un effet préventif essentiellement contre le papillon. Composée majoritairement de substances d’origines végétales (huiles végétales, latex et colophane), elle s’applique sur le sommet du palmier, une fois par an, à l’aide d’un appareil de projection, et forme une barrière physique qui empêche la ponte et affaiblit les insectes qui sortiraient du stipe. Elle s’applique aussi sur les plaies fraîches, visant à limiter l’émission de substances attractives destinées au charançon rouge.

L’Ostrinil est un insecticide naturel, composé de spores de champignons, qui s’utilise aussi en traitement préventif, à raison d’une fois toutes les trois semaines, de début juin à septembre.
Une mobilisation générale dans les régions infectées est nécessaire au contrôle de ces deux ravageurs, qui progressent très rapidement. Sectionner les hampes de fleurs mâles permet aussi de limiter leur expansion par le biais du pollen, ainsi que la pose d’un collier de glu à la base de la couronne.

Les pucerons, cochenilles et acariens sont des parasites assez classiques, surtout en intérieur, à traiter avec des insecticides ou acaricides.

Le jaunissement des feuilles peut être dû à une carence en fer ou en minéraux (magnésium). Fertilisez avec un engrais complet pour palmiers.




Jubaea chilensis Jubaea11

- Jubaea chilensis


Cliquer pour agrandir

Jubaea chilensis Images10

- Jubaea chilensis


Proposer une image

Jubaea chilensis Images10

- Jubaea chilensis


Proposer une image

Jubaea chilensis Images10

- Jubaea chilensis


Proposer une image

Jubaea chilensis Images10

- Jubaea chilensis


Proposer une image

Jubaea chilensis Images10

- Jubaea chilensis


Proposer une image

Jubaea chilensis Images10

- Jubaea chilensis


Proposer une image

Jubaea chilensis Images10

- Jubaea chilensis

Proposer une image


Revenir en haut Aller en bas

HORS LIGNE
Migueloup
Membre
Migueloup


Localisation : Adé

Les échanges et recherches


Ajouter le sujet à vos favoris Transmettre par MP
Jubaea chilensis EmptyMessage n°2 Sujet:

Re: Jubaea chilensis

Jubaea chilensis EmptySam 11 Jan 2020 - 21:48

Bonjour,

Plan à vendre pour 10€ à côté de chez moi vous pensez que ça peux résister sachant que je dépasse pas les -10 ? Par contre il peut pleuvoir sévère par chez moi... froid
Revenir en haut Aller en bas

HORS LIGNE
fascicularia
Administrateur
fascicularia


Localisation : St Médard de Guizières 33230

Les échanges et recherches


Les échanges
Je recherche:
Je propose à l'échange:

Ajouter le sujet à vos favoris Transmettre par MP
Jubaea chilensis EmptyMessage n°3 Sujet:

Re: Jubaea chilensis

Jubaea chilensis EmptySam 11 Jan 2020 - 23:15

Bonjour @Migueloup ,
à 10 euros, je suppose que ce sont des plants de 3/4 feuilles donc non divisées.

A cette taille, ils supporteront du -6/-7°c avec protection passive. Sans protection, l'implantation risque d'être très compromise.

Lorsque la base commence à se constituer cad vers 3/4 ans, les plants supporte du -8°c. La résistance s'accentue au fur et à mesure de la croissance (qui est particulièrement lente).
Revenir en haut Aller en bas

Jubaea chilensis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1
Sujets récents et similaires

Sujets récents de ce forum

Sujets similaires


Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Index des forums :: Fiches et articles :: ~Fiches de plantes~
Sauter vers: