Bienvenue sur Altitude Tropicale
Cultiver des plantes insolites est un réel plaisir. D'abord en raison de leur rareté, mais aussi pour leur port si différent des végétaux que l'on rencontre sous nos latitudes. L'intérêt qui se manifeste actuellement pour les plantes exotiques va de pair avec l'accroissement du temps libre. On passe de plus en plus de temps dans son jardin et l'on rêve de vacances ensoleillées sous des pays lointains. Or, précisément, les plantes exotiques évoquent ces pays ensoleillés. En avoir chez soi, c'est apporter à son jardin une ambiance exotique qui incite à l'évasion, au rêve, au voyage. Mais créer un jardin de plantes exotiques sous des climats sujets au gel, cela semble généralement un véritable challenge. L'objectif de ce forum est donc de vous faire découvrir un choix de plantes acclimatables dans les jardins tempérés.
Inscrivez-vous dés maintenant pour accéder à toutes nos fonctionnalités.


Forum de jardinage traitant des plantes exotiques acclimatables.
 


Il y quelques dizaines d'années, l'USDA(UnitedStates Department of Agriculture) avait publié une carte de rusticité des Etats-Unis, du Canada et du Mexique, carte découpée en zones par palier de 10°F (~5,6°C). Des cartes pour le reste du monde avaient suivi.
En 1990, l'USDA a établi une subdivision plus précise, par palier de 5°F (~2,8°C).
Zones de rusticité
Zones de rusticités en france Ain Aisne Allier Alpes de Haute Provence Hautes Alpes Alpes Maritimes Ardèche Ardennes Ariége Aube Aude Aveyron Bouches du Rhône Calvados Cantal Charente Charente Maritime Cher Corrèze Corse Côte d'Or Côtes d'Armor Creuse Dordogne Doubs Drôme Eure Eure et Loir Finistère Gard Haute Garonne Gers Gironde Hérault Ille et Vilaine Indre et Loire Isère Jura Landes Loir et Cher Loire Haute Loire Loire Atlantique (178 ) Loiret Lot Lot et Garonne Lozère Maine et Loire Manche Marne Haute Marne Mayenne Meurthe et Moselle Meuse Morbihan Moselle Nièvre Nord Oise Orne Pas de Calais Puy de Dôme Pyrénées Atlantiques Hautes Pyrénées Pyrénées orientales Bas Rhin Haut Rhin Rhône Haute Saône Saône et Loire Sarthe Savoie Haute Savoie restaurant de Paris Seine Maritime Seine et Marne Yvelines Deux Sèvres Somme Tarn title= Tarn et Garonne Var Vaucluse Vendée Vienne Haute Vienne (64 ) Vosges (104 ) Yonne (86 ) Territoire de Belfort Essonne Hauts de Seine Seine Saint Denis Val de Marne Val d'Oise
Pour chaque zone, le chiffre donné représente la TEMPÉRATURE MINIMALE INDICATIVE que l'on y trouve. C'est une valeur moyenne établie sur les chiffres mesurés pendant les années précédentes. C'est ainsi que cette valeur est identique pour deux régions qui sont dans la même zone de rusticité, même si ces deux zones sont géographiquement éloignées.
Voisi les différentes zones et leurs valeurs associées (découpage de 1990) :
Zone 0a : < -53,9°C / < -65°F
Zone 0b : de -53,9°C à -51,1°C / de -65°F à -60°F
Zone 1a : de -51,1°C à -48,3°C / de -60°F à -55°F
Zone 1b : de -48,3°C à -45,6°C / de -55°F à -50°F
Zone 2a : de -45,6°C à -42,8°C / de -50°F à -45°F
Zone 2b : de -42,8°C à -40°C / de -45°F à -40°F
Zone 3a : de -40°C à -37,2°C / de -40°F à -35°F
Zone 3b : de -37,2°C à -34,4°C / de -35°F à -30°F
Zone 4a : de -34,4°C à -31,7°C / de -30°F à -25°F
Zone 4b : de -31,7°C à -28,9°C / de -25°F à -20°F
Zone 5a : de -28,9°C à -26,1°C / de -20°F à -15°F
Zone 5b : de -26,1°C à -23,3°C / de -15°F à -10°F
Zone 6a : de -23,3°C à -20,6°C / de -10°F à -5°F
Zone 6b : de -20,6°C à -17,8°C / de -5°F à 0°F
Zone 7a : de -17,8°C à -15°C / de -0°F à +5°F
Zone 7b : de -15°C à -12,2°C / de +5°F à +10°F
Zone 8a : de -°12,2C à -9,4°C / de +10°F à +15°F
Zone 8b : de -°9,4C à -6,7°C / de +15°F à +20°F
Zone 9a : de -6,7°C à -3,9°C / de +20°F à +25°F
Zone 9b : de -3,9°C à -1,1°C / de +25°F à +30°F
Zone 10a : de -1,1°C à +1,7°C / de +30°F à +35°F
Zone 10b : de +1,7°C à +4,4°C / de +35°F à +40°F
Zone 11a : de +4,4°C à +7,2°C / de +40°F à +45°F
Zone 11b : de +7,2°C à 10°C / de +45°F à +50°F
Zone 12a : de +10°C à +12,8°C / de +50°F à +55°F
Zone 12b : > +12,8°C / > +55°°F



La rusticité, qu’est ce que c’est ?


Il convient d’abord de définir la rusticité et le gel. Le gel est un abaissement de la température e l’air en dessous de 0°C. La rusticité est la faculté des plantes à supporter parfaitement, un peu ou pas du tout cet abaissement de température. Certaines plantes tropicales ne supportent pas
que les températures descendent en dessous de 10 ou 12°C et meurent rapidement sans qu’il y ait eu gel au sens strict du terme ; tandis que d’autres supportent des températures de -40°C . Cela ne veut pas dire que les plantes qui supportent de telles températures soient capables de pousser sous les tropiques. Le Trachycarpus , un palmier résistant à plus de -20°C pousse mal en climat tropical par exemple et faire pousser correctement un lupin ou un delphinium sous un climat méditerranéen relève de l’exploit ; ce sont pourtant deux espècesparfaitement rustiques .Quoi qu’il en soit, pour chaque espèce décrite dans ce site, une zone de rusticité est citée, cela permet de savoir où elle est susceptible de pousser sans trop de risque d’être détruite parle froid.

Comment ces zones sont-elles définies ?

La répartition des différentes zones est faite en fonction des températures minimales moyennes rencontrées dans une région , pendant les années exceptionnellement froides , les thermomètres pourront donc afficher des températures légèrement inférieures à celles données dans  le tableau , de plus , comme nous allons le voir plus loin , d’autres facteurs entre en ligne de compte dans le phénomène des gelées , il faut donc relativiser cette information qui vous donne simplement une idée sur la possibilité d’acclimatation d’une plante dans votre jardin.Bien sur, une plante dont on dit qu’elle est rustique en zone 9, est susceptible de pousser en zone 10 ou 11 et elle pourra être essayée en zone 8 en réunissant un maximum de conditions favorables à sa culture.Pour les Etats Unis seulement , une carte tenant compte de la durée de la période de végétation , des précipitations et de leur répartition , du froid , de la chaleur , et de l’humidité a été réalisé, ce qui est bien plus logique mais n’a pas été fait pour le reste du monde .

Le froid qui fait du bien

Tous les jardiniers ont pesté contre la vague de froid qui un jour a fait mourir leur laurier rose ou leur palmier préféré et pourtant le froid, certaines plantes ne peuvent pas s’en passer. La vernalisation, c’est le nom que l’on donne à ce besoin de froid qu’ont certaines plantes pour pouvoir fleurir. Le phénomène est bien connu et il est même reproduit artificiellement par certains horticulteurs afin d’obtenir des tulipes fleuries au mois de décembre par exemple.

Les gelées

On distingue deux types de gelées :

Les gelées d’hiver ou gelées noires.
Elles sont dues à l’arrivée de masse  d’air froid, c’est souvent l’arrivée brutale de ces masses d’air qui cause les dégâts les plus graves, c’est-à-dire la formation de cristaux de glace à l’intérieur de la cellule même ce qui entraîne sa mort. Si le froid arrive de manière progressive, la plante se mettra petit à petit en repos végétatif (C’est ce qu’on appelle la dormance) et le froid aura alors beaucoup moins d’incidence. Dans ce cas là, les cellules se vident partiellement de leur eau et les cristaux de glace se forment à ce moment là dans les méats intercellulaires (Espace entre les cellules). Les tissus de la plante résistent à cette perte en eau et supportent la présence des cristaux dans les méats. Au dégel, l’eau est réabsorbée par les cellules. Un dégel trop rapide entraînera également des dégâts. Une brusque augmentation de la température n’est pas souhaitable, il faudra donc éviter les expositions plein sud et est pour les plantes trop gélives.

Les gelées de printemps ou gelées blanches

Les gelées blanches sont des refroidissements nocturnes dangereux car ils se produisent souvent quand la végétation a déjà démarré. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte dans ce phénomène :L’absence de nuages. Les pertes de chaleur par rayonnement sont maximales car non retenues par la couche de nuages, un couvert végétal assez dense pourra jouer le même rôle.Le vent est une arme à double tranchant ; si le jardin concerné se trouve dans une cuvette où l ’air froid plus lourd que l’air chaud, va stagner, le vent servira à évacuer l’air froid indésirable. La ventilation est d’ailleurs une  technique de lutte contre le gel dans les cultures situées dans les vallons. Ailleurs il sera un inconvénient ; le sol se refroidissant m oins vite que l’air , aura tendance à réchauffer l’air qui se trouve à son contact ; le vent lui chassera cet air chaud pour le remplacer par de l’air froid . L’installation de haies brises vents orientées en fonction des vents dominants réduira considérablement les effets néfastes du vent .

• Un sol tassé et nu réduira les effets du gel en permettant à la chaleur emmagasinée dans les couches profondes de remonter . Les paillages et le travail du sol sont à éviter en hiver.

• L’humidité du sol favorise la remontée de la chaleur des couches profondes , elle devient un facteur aggravant des gelées en présence de vent qui provoque alors l’évaporation de l’eau et consomme de la chaleur donc abaisse la température . Un bon drainage du sol est souvent préférable .

• L’humidité de l’air . On entend souvent dire qu’une humidité atmosphérique importante accentue les effets du gel ;l’aspersion d’eau sur les plantes constitue bel et bien une méthode de lutte contre le froid ( 1 gramme d’eau libère 80 calories en se congelant ) . Cette technique est employée dans les vergers par exemple, son principe est de commencer l’aspersion dès que la température descend en dessous de 0°C et de n’arrêter que quand la glace commence à fondre . La glace maintient alors la température de la plante à 0°C et empêche donc le gel .Cette méthode parfaitement inapplicable dans un jardin d’agrément a également deux autres défauts .

1. Elle gorge le sol d’eau ce qui , on l’a vu , n’est pas forcément souhaitable et peut   entrainer des problèmes d’asphixie racinaires ..

2. Elle maintient la température de la plante à 0°C jusqu’à ce que la glace ait complètement fondu or la durée du froid est un facteur déterminant particulièrement chez les plantes dont la rusticité est de quelques degrés autour de zéro pour lesquelles on aura tout intérêt à ce que la température ne reste pas trop longtemps autour de cette valeur là .

L’humidité de l’air n’est de toute façon pas une donnée que l’on peut maitriser , il n’y a donc rien à faire pour intervenir à part peut-être pour certaines succulentes . L’Agave utahensis par exemple est une plante qui a une bonne résistance au froid ( Autour de -20°C environ ) en conditions désertiques , mais elle pourtant bien difficilement acclimatables dans des régions aux hivers pluvieux . La mise en place d’un abri pour la protéger de l’eau ( Précipitations et condensation de l’eau sur le feuillage ) peut être une solution pour la cultiver.

• L’exposition . Comme nous l’avons vu précédemment , l’air froid plus lourd que l’air chaud , s’accumule dans les vallons , ces endroits sont parfois appelés les creux à gel . Quand le choix est possible , on plantera de préférence les plantes gélives à flanc de coteau . Une plante ne meurt pas en quelques secondes quand la température passe admettons de -4 à -5°C . Une pointe de une heure à -5°C avec un réchauffement à +10°C le jour n’aura absolument pas les même conséquences que deux ou trois heures -5°C avec un réchauffement diurne à 0°C ; il est évident que dans le premier cas la plante s’en sortira beaucoup mieux .

• Période de plantation . Si l’automne constitue une période propice aux plantations de bon nombre de plantes , le printemps reste préférable pour la plantation des espèces ayant une faible rusticité afin qu’elles aient le temps de s’implanter et s’habituer progressivement à leurs nouvelles conditions .