Bienvenue sur Altitude Tropicale
Cultiver des plantes insolites est un réel plaisir. D'abord en raison de leur rareté, mais aussi pour leur port si différent des végétaux que l'on rencontre sous nos latitudes. L'intérêt qui se manifeste actuellement pour les plantes exotiques va de pair avec l'accroissement du temps libre. On passe de plus en plus de temps dans son jardin et l'on rêve de vacances ensoleillées sous des pays lointains. Or, précisément, les plantes exotiques évoquent ces pays ensoleillés. En avoir chez soi, c'est apporter à son jardin une ambiance exotique qui incite à l'évasion, au rêve, au voyage. Mais créer un jardin de plantes exotiques sous des climats sujets au gel, cela semble généralement un véritable challenge. L'objectif de ce forum est donc de vous faire découvrir un choix de plantes acclimatables dans les jardins tempérés.
Inscrivez-vous dés maintenant pour accéder à toutes nos fonctionnalités.


Forum de jardinage traitant des plantes exotiques acclimatables.
 


Derniers sujets
» Musa laterita
par fascicularia Aujourd'hui à 2:53

» Cutiver des bananes en Suisse et les manger ?
par ClaudeB Hier à 19:11

» Semis fougères
par Tonio31 Ven 23 Juin 2017 - 14:24

» Crassula ovata brûlé ou attaqué ?
par Carmilla Jeu 22 Juin 2017 - 0:06

» Cyathea brownii : soucis de pourriture des crosses
par henri Lun 19 Juin 2017 - 14:30

» pyrale du buis
par fascicularia Mer 14 Juin 2017 - 9:43

» Doute sur semis Astrophytum
par Carmilla Mar 13 Juin 2017 - 15:06

» Identifications Tillandsia
par Carmilla Jeu 8 Juin 2017 - 19:43

» Semis de Musa sikkimensis x paradisiaca
par fascicularia Lun 5 Juin 2017 - 15:32

» Colocasia Imperial Gigantea
par fascicularia Ven 2 Juin 2017 - 12:42

» Beaucarnea recurvata conseils
par fascicularia Ven 2 Juin 2017 - 10:36

» Feuilles de caféier abimées
par Carmilla Jeu 1 Juin 2017 - 3:09

» Pucerons sur gymnocalycium ?
par Carmilla Mer 31 Mai 2017 - 17:18

» Ficus erecta var. sieboldii
par fascicularia Mar 30 Mai 2017 - 23:35

» Besoin d'avis pour identification
par Carmilla Mar 30 Mai 2017 - 12:42

» Présentation de : dalton90
par Carmilla Lun 29 Mai 2017 - 18:45

» Présentation de : caro
par Carmilla Lun 29 Mai 2017 - 18:44

» Hivernage et rusticité Alocasia macrorrhyza ?
par Pat31 Dim 28 Mai 2017 - 15:19

» Crassula ovata malade ?
par Carmilla Mer 24 Mai 2017 - 23:16

» Colocasia maximus gigantea
par fascicularia Mer 24 Mai 2017 - 22:57

» Colocasia esculenta 'Giant Mystery Hybrid'
par dom32 Mer 24 Mai 2017 - 19:24

» Erythrine crista-galli leucochlora (alba)
par fascicularia Mer 24 Mai 2017 - 18:54

» Semis astrophytum v
par Carmilla Ven 19 Mai 2017 - 23:30

» Chiloglottis trilabra : 1 petite nouvelle
par jeff 72 Jeu 18 Mai 2017 - 7:56

» Bouture franzine et citron caviar
par dom32 Lun 15 Mai 2017 - 8:51

» Amomum subulatum : semis
par fascicularia Jeu 11 Mai 2017 - 0:03

» Phyllostachys glauca yunzhu
par fascicularia Mer 10 Mai 2017 - 23:57

» Discussion sur les cyatheas
par fascicularia Jeu 27 Avr 2017 - 14:37

» Présentation de : koro
par fascicularia Jeu 27 Avr 2017 - 14:29

» Présentation de : gege
par fascicularia Mer 26 Avr 2017 - 2:38

» Un petit coin exotique
par jeff 72 Mar 25 Avr 2017 - 9:37

» Retour d'expérience sur la culture des Alocasia et colocasia en pleine terre
par arios Lun 24 Avr 2017 - 21:47

» Bonjour de Martinique
par jeff 72 Lun 24 Avr 2017 - 11:21

» Coffea arabica : Qui cultive le caféier ?
par Carmilla Lun 24 Avr 2017 - 10:35

» Présentation de : Carmilla
par dom32 Dim 23 Avr 2017 - 22:05

» Présentation de : MikeThailand
par dom32 Dim 23 Avr 2017 - 22:05

» graines d' Hedychium ellipticum
par dom32 Mar 18 Avr 2017 - 19:38

» Conseil semis de fougères
par Tonio31 Dim 16 Avr 2017 - 10:28

» Alocasia hypnosa alias Alocasia 'Maechang'.
par arios Mer 12 Avr 2017 - 21:34

» Cautleya spicata et lutea
par arios Sam 8 Avr 2017 - 21:35

» citrons caviar
par Zina Ven 7 Avr 2017 - 21:04

» Basjoo 2017
par dom32 Lun 27 Mar 2017 - 23:00

» Musella Lasiocarpa
par dom32 Lun 27 Mar 2017 - 22:55

» globba clarkei
par dom32 Lun 27 Mar 2017 - 15:29

» Musa yunnanensis
par olivierd Jeu 23 Mar 2017 - 20:10

» Les hydrorétenteurs
par fascicularia Jeu 23 Mar 2017 - 0:01

» Medinilla magnifica
par Zina Mer 22 Mar 2017 - 9:29

» Présentation de : chakazoulou06
par Zina Mer 22 Mar 2017 - 9:23

» Vos étiquettes au jardin
par Zina Mer 22 Mar 2017 - 9:21

» Cautleya spicata et C. spicata robusta après -20
par fascicularia Mar 21 Mar 2017 - 16:02

Partagez
|

 

Araignées rouges :bananier et des milliers de minuscules petites bêtes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
cocodepainpol
Membre
avatar


Localisation : Bretagne extrême nord

Les échanges et recherches


Les échanges
Je recherche:
Je propose à l'échange:

Message n°1MessageSujet:

Araignées rouges :bananier et des milliers de minuscules petites bêtes Mar 1 Juil 2014 - 20:21


Bonjour.
à propos de bananier, je rencontre un problème avec une petite naine qui est envahie par des milliers de minuscules petites bêtes.
Même avec une grosse loupe, je n'arrive pas à les identifier mais cela grouille sur et sous les feuilles. Mes autres bananiers qui sont pourtant à proximité ne semblent pas atteints
Quelqu'un a t-il une idée sur la façon d'éliminer ces bestioles avant qu'elles n'envahissent toutes les autres plantes. Il m'est déjà arrivé de perdre les 2/3 des mes collections à cause d'une maladie provenant de cacaoyer et je ne voudrais pas que ces bestioles continuent le carnage. C'est déjà très long (et coûteux) d'essayer d'acclimater des plantes tropicales, mais voir tous ses efforts de plusieurs années anéantis par une maladie ou des parasites c'est ... fort désagéable.
Merci pour vos avis
Roger

Revenir en haut Aller en bas
arios
Membre
avatar


Les échanges et recherches


Les échanges
Je recherche:
Je propose à l'échange:

Message n°2MessageSujet:

Re: Araignées rouges :bananier et des milliers de minuscules petites bêtes Mar 1 Juil 2014 - 22:38


Des photos?

Revenir en haut Aller en bas
fascicularia
Administrateur
avatar


Localisation : St Médard de Guizières 33230

Les échanges et recherches


Les échanges
Je recherche:
Je propose à l'échange:

Message n°3MessageSujet:

Re: Araignées rouges :bananier et des milliers de minuscules petites bêtes Mer 2 Juil 2014 - 5:46


On va explorer plusieurs pistes

1 les araignées rouges



Description

Les araignées rouges, Tetranychus urticae, sont de redoutables ravageurs qui peuvent parasiter les plantes, les arbustes et les arbres (notamment les conifères) du jardin durant la belle saison, ainsi que les plantes sous serre ou d'intérieur. Ce ne sont pas des insectes : les araignées rouges appartiennent à la famille des Arachnides, et plus précisément à l'ordre des Acariens. Elles se nourrissent des tissus de la plante et surtout de sa sève.

Ce parasite est difficilement visible à l'oeil nu, car les individus adultes sont d'une taille inférieure au millimètre ! Leur couleur est variable selon la plante dont ils sucent la sève : vert pâle ou vert foncé, jaune, orange, rouge, brun foncé...
Conditions de développement

L'araignée rouge apprécie une atmosphère chaude et sèche. Les plantes placées au soleil ou sur le rebord d'une fenêtre seront des victimes de choix.

En situation "favorable", la vitesse de multiplication de ces ravageurs peut être très importante, et l'infestation devenir rapidement massive.

Les araignées rouges se déplacent peu d'une plante à l'autre, toutefois, une plante infestée peut contaminer ses voisines (adultes tombant au sol et se déplaçant vers une autre plante, migration via un vecteur extérieur comme un outil, un vêtement....).
Symptômes

Les infestations de faible ampleur sont assez difficiles à repérer, du fait de la très petite taille de ces parasites. Deux signes vous permettront néanmoins de déceler la présence d'araignées rouges :
Les fines toiles tissées autour des feuilles et des tiges par les araignées rouges sont assez peu visibles, en revanche, elles deviennent très nettement apparentes lorsque l'on vaporise de l'eau sur la plante.
Les dégâts causés par ces acariens vous mettront également la puce à l'oreille : des feuilles piquetées de points blancs ou jaunes, puis devenant entièrement jaunes, et finissant par sécher et tomber, ou encore des feuilles devenant grisâtres et sèches. En cas d'infestation massive, la plante peut mourir en peu de temps.
Prévention et traitement

Les araignées rouges détestent l'humidité, on peut donc, en prévention, vaporiser régulièrement les plantes d'intérieur ou de serre, ou celles du jardin en cas de temps sec prolongé. Plusieurs vaporisations d'eau successives peuvent aussi suffire à enrayer une faible infestation.

Si le stade est trop avancé, il faudra recourir à un acaricide spécifique, comme le dicofol ou le cyhexatin (mais attention, les araignées rouges ont développé des résistances à certains traitements chimiques, il est donc conseillé d'alterner les substances actives). On peut aussi essayer les vaporisation d'une solution obtenue à partir de soufre mouillable, aux vertus acaricides.

En lutte biologique, on peut utiliser un prédateur naturel de l'araignée rouge : Phytoselulus persimillis. Cette petite araignée se nourrit des oeufs, les larves et des adultes de l'araignée rouge, et son appétit vorace couplé à une forte capacité reproductive lui permet de venir à bout du parasite... Revers de la médaille, ce prédateur meurt souvent de faim après avoir détruit les populations d'araignées rouges, et il sera nécessaire de le réintroduire lors de la prochaine attaque.

En savoir plus...

Le cycle de vie de l'araignée rouge se compose de 4 stades : l'oeuf, la larve, la première nymphe (protonymphe), la seconde nymphe (deutonymphe), puis l'adulte. Les individus adultes sont minuscules; ils possèdent 4 paires de pattes, sont mobiles et leur couleur est variable.

L'araignée carmin, Tetranychus cinnabarinus, cousine de l'araignée rouge, lui ressemble beaucoup et cause des dommages similaires (voire plus importants).

La température influence beaucoup leur vitesse de multiplication. Ainsi, elles ne se développent pas en dessous de 12°C ; à 15°C, il faut 36 jours entre la ponte de l'oeuf et le stade adulte, pour seulement 7 jours à 30°C. Quand les conditions sont idéales, une seule femelle peut pondre jusqu'à 100 oeufs durant sa courte vie, d'où une vitesse de multiplication qui peut être très importante...

Lorsque la température baisse trop, ou si la nourriture se fait rare, les femelles peuvent entrer en hibernation. Elles quittent alors la plante pour gagner un endroit protégé et s'y cacher en attendant que les conditions redeviennent favorables.

Des oeufs, de forme ronde, peuvent être présents à la face inférieure des feuilles : aussitôt après la ponte, ils sont transparents et incolores, puis ils s'opacifient au fil des jours pour devenir jaune juste avant l'éclosion. Les larves et les nymphes se rencontrent plutôt sur les feuilles, quant aux adultes, ils se déplacent le long des feuilles et des tiges, sur de fines toiles.

2 Les thrips

Les thrips sont de minuscules insectes parasites de nombreuses plantes. S'ils provoquent rarement la mort du végétal, les dommages sont d'ordre esthétique, et ils peuvent nuire à la qualité des récoltes. La lutte contre les thrips repose d'abord sur la prévention, car il n'est pas facile de les éliminer.
Symptômes


Dégâts sur feuille de tomate

Le feuillage de vos plantes est marqué de minuscules taches grises, prenant l'aspect de stries argentées avec le temps ? Les jeunes pousses, les fleurs et les fruits se déforment, puis se nécrosent, et les feuilles finissent par sécher ? Il s'agit sans doute d'une attaque de thrips : ces minuscules insectes sont discrets et difficiles à observer, vous pouvez cependant repérer leur présence sur les feuilles, en y regardant de près. De microscopiques excréments noirs sur les feuilles révèlent aussi la présence de ces parasites.

A moins d'une attaque particulièrement virulente, il est rare que la plante meure, cependant, les thrips peuvent l'affaiblir et transmettre des maladies virales, comme la maladie bronzée de la tomate (qui peut atteindre de nombreuses plantes).
Description

Les thrips sont des insectes de 1 à 2mm de long, qui piquent les organes végétaux pour se nourrir du contenu des cellules. Les cellules vidées se remplissent alors d'air, ce qui se traduit par des taches ou des marbrures gris argenté.

Les thrips forment un vaste ensemble correspondant à l'ordre des Thysanoptères. On compte environ 3000 espèces de thrips, plus ou moins nuisibles, appartenant à plusieurs genres (Frankliniella, Thrips, Echinothrips...). Les adultes sont souvent ailés (certaines espèces sont néanmoins aptères) : on les identifie grâce à leurs ailes frangées de soies, d'aspect plumeux, ainsi qu'à leur cône buccal de type piqueur-suceur. Les larves sont dépourvues d'ailes, leur corps est allongé, de couleur jaune, rouge, brune ou noire, et elles se déplacent lentement.
Conditions de développement


Dégâts sur chou

Les thrips, tout comme les araignées rouges, se développent par temps chaud et sec. Les attaques concernent donc surtout les plantes du jardin, en été, ainsi que les plantes de serres et les plantes d'intérieur. Lorsque les conditions sont bonnes, le développement des populations de thrips peut être très rapide. Plusieurs générations de thrips peuvent se succéder sur une même plante ; lorsque les conditions deviennent moins favorables, les larves quittent les parties aériennes de la plante et s'enfouissent dans le sol pour hiberner.
Plantes concernées

De nombreuses plantes sont concernées par les attaques de thrips : plantes d'intérieur, plantes à fleurs, arbres et arbustes au jardin d'ornement, petits fruits (framboisier) et arbres fruitiers, et, au potager, tomate, concombre, haricot vert, oignon, poireau, aubergine...

Chaque espèce de thrips a souvent une prédilection pour une plante donnée. En France, par exemple, on rencontre le thrips de l'oignon, le thrips du pois, le thrips du pêcher, le thrips du rosier, le thrips des céréales (ou "bête d'orage"), le thrips de l'olivier, le thrips du glaïeul... Le thrips californien, introduit en Europe à la fin des années 80, est particulièrement redouté en raison de sa virulence et des nombreuses plantes qu'il peut parasiter.
Moyens de lutte
Prévention

La prévention repose sur un principe simple : humidifier ! Les thrips ne se développent pas lorsque l'humidité est suffisante. A partir du mois de mai et durant tout l'été, par temps chaud et sec, asperger régulièrement le feuillage des plantes non sensibles aux maladies cryptogamiques peut suffir à éviter les invasions. Pour les plantes d'intérieur (à feuilles non duveteuses) et les plantes de serre, vaporisez également le feuillage tout au long de l'année.
Lutte biologique intégrée et pièges

Si les thrips sont déjà là, vous pouvez utiliser la lutte biologique intégrée, du moins pour les plantes de serre : certaines punaises (plusieurs espèces du genre Orius), certains acariens (comme Amblyseius cucumeris) et un nématode (Steinernema feltiae) sont des prédateurs naturels pour les thrips. Les pièges (plaques collantes de couleur bleue, blanche ou jaune) sont également efficaces pour éliminer les adultes.
Insecticides

En cas d'attaque très importante, utilisez des insecticides naturels (décoction d'ail additionnée à une solution de savon noir, huile de neem...) ou, en dernier recours, du pyrèthre ou de la roténone.Bassiner réguliérement les plantes (revers des feuilles y compris)

Après toute intervention, rempotez les plantes en pot dans un terreau sain.

3 Cochenille farineuse et à carapace
Cochenille farineuse

Cochenille à carapace

Les cochenilles sont des parasites fréquents au jardin ou sur les plantes d'intérieur. Ces petits insectes suceurs de sève peuvent se présenter en amas cotonneux ou en bouclier cireux. Comment les identifier et quel traitement appliquer ?
Que sont les cochenilles ?


Cochenille en amas farineux

Il n'y a pas une mais des cochenilles. Ces très petits insectes parasites (maximum 0,6 cm de long), hémiptères, appartenant à la super-famille des Coccoidea, sucent la sève des plantes grâce à un rostre semblable à celui des poux. Seule la cochenille mâle possède des ailes : la femelle est aptère et immobile. Elle vit fixée sur la plante, et pond des œufs rassemblés en amas cireux blanchâtres. Après éclosion, la nymphe se développe avec 3 stades larvaires successifs. Les cochenilles que l'on trouve sur les plantes peuvent donc être, outre des œufs, des larves ou des femelles adultes.

On dénombre plus de 7000 espèces de cochenilles. Elles peuvent prendre différentes formes, avec des couleurs variables (brun, jaune, gris, blanc, noir, rouge, vert) et un aspect différent selon les espèces (rond ou allongé, plat ou bombé). On distingue plusieurs types de cochenilles :
Celles dont le corps est mou, sans bouclier, et qui sont protégées par des filaments cireux ;
Celles dont le corps est dur, imprégné de laque ou de cire ;
Celles dont le corps est mou mais protégé sous un bouclier cireux.
Symptômes

Les plantes pouvant être atteintes par la cochenille sont nombreuses. Les arbres fruitiers sont souvent touchés, ainsi que les plantes d'intérieur ou de serre, les arbres et les arbustes d'ornement, ou encore les cactus et plantes grasses.

La cochenille peut s'observer sur les tiges ou sur les feuilles (le long des nervures ou sur la face inférieure). On peut identifier les insectes eux-mêmes, ou repérer l'infestation grâce à l'observation d'amas cotonneux, farineux ou cireux fixés sur les organes de la plante. Les feuilles peuvent aussi se couvrir d'un miellat collant, sur lequel se développe ensuite de la fumagine (dépôt noir semblable à de la suie). Les rameaux touchés s'affaiblissent par manque de sève. Si les cochenilles tuent rarement leur hôte, elles peuvent néanmoins causer des dégâts importants.
Traitement écologique


Cochenille sous bouclier cireux

Une solution écologique et utilisable en culture biologique consiste à vaporiser sur toutes les parties atteintes une solution de savon noir additionnée d'1% d'alcool à brûler et éventuellement d'une petite proportion d'huile végétale. Pour les plantes de serre et d'intérieur, ou si l'infestation est limitée, il est également possible de nettoyer les feuilles à l'aide d'une éponge imprégnée d'eau savonneuse, ou de retirer les carapaces avec un coton imbibé d'alcool à 90°.
Lutte biologique

Plusieurs coccinelles, telles que Chilicorus renipustulatus, Chilicorus nigritus et Cryptolaemus montrouzieri (contre les cochenilles farineuses), peuvent être utilisées en lutte biologique sur certaines espèces de cochenille. Certains hyménoptères de type guêpes, comme Metaphycus helvolus ou Metaphycus lounsburyi, ou encore Diversinervus elegans, parasitent les larves et les adultes (les guêpes sont plutôt adaptées aux cultures sous serre).

4 Aleurode
Les aleurodes, ou mouches blanches, sont un fléau fréquent pour de nombreuses plantes, au jardin, sous serre ou en intérieur. Ces insectes suceurs de sève affaiblissent le végétal et peuvent même le faire mourir. Il existe plusieurs traitements, des insecticides chimiques à la lutte biologique.
Présentation

Les aleurodes, ou mouches blanches, sont de minuscules insectes de la famille des Homoptères, comme les pucerons. Comme eux, les aleurodes sont des insectes piqueurs-suceurs, et se nourrissent de la sève de la plante.

Les espèces d’aleurodes sont nombreuses, mais trois d’entre elles sont particulièrement redoutées des jardiniers :
L’aleurode des serres, Trialeurode vaporarium,
L’aleurode du tabac, Bemisia tabaci, qui peut infester de nombreuses plantes,
L’aleurode du chou, Aleyrodes proletella.

Les deux premières se plaisent particulièrement bien sous serre, sous châssis ou sur les plantes d’intérieur ou de véranda. L’aleurode du chou, quant à elle, menace les plantes d’extérieur (au potager comme au jardin d’ornement). D’une manière générale, les aleurodes aiment la chaleur (ces insectes viennent d’Amérique du Sud).
Cycle de vie de l’aleurode

Les adultes mesurent à peine plus de 3 mm et sont reconnaissables à leurs ailes blanches. Ils vivent sur la face inférieure des feuilles, et s’envolent lorsqu’on les dérange, formant un fin nuage blanc : la présence d’aleurodes sur une plante est ainsi facile à repérer. Oeufs (0,2 mm) et larves (plusieurs stades larvaires) sont fixés sur le revers des feuilles, et sont généralement recouverts d’une pellicule cireuse.

L’incubation dure de 6 à 20 jours pour les œufs (selon la température), les différents stades larvaires s’étalent sur 18 à 70 jours, et les adultes ont une durée de vie de 20 à 30 jours. Lorsque la température est favorable, leur multiplication est très rapide, chaque femelle pouvant pondre jusqu’à 600 œufs.
Plantes concernées et dommages

Les aleurodes peuvent toucher de nombreuses espèces végétales, en intérieur comme en extérieur. Elles ont une prédilection pour les solanacées (tomate, aubergine…), les cucurbitacées, les choux, le fraisier, certaines plantes aromatiques (menthe, verveine), le fuchsia, l’azalée, le rhododendron, les pélargonium…

L’aleurode affaiblit la plante par ses prélèvements de sève. En cas d’infestation massive, le végétal peut dépérir. Autres dommages indirects : les larves sécrètent du miellat et de la cire, qui s’accumulent sous les feuilles (à la face inférieure) et favorisent le développement de champignons (fumagine) et de bactéries pathogènes. Les aleurodes peuvent aussi être le vecteur de virus.
Traitements

Premier réflexe à avoir : en cas d’atteinte de l’une de vos plantes, isolez-la autant que possible des autres, afin d’éviter la « contagion ». Ensuite, il faut traiter sans attendre, car plus l’infestation est prise tard, plus elle est difficile à enrayer.
Insecticides conventionnels

Les aleurodes sont un véritable fléau en raison de leur résistance à de nombreux insecticides chimiques. Par ailleurs, les larves et les œufs étant protégés par une pellicule cureuse imperméable, les vaporisations d’insecticides ne sont efficaces que sur les adultes. Pour espérer détruire à la fois les larves et les adultes, puis les œufs après éclosion, l’usage d’un insecticide systémique (qui est véhiculé par la sève) est nécessaire. Evitez alors de traiter durant la période de floraison, afin de ne pas nuire aux insectes butineurs (abeilles).
Lutte biologique intégrée

La lutte biologique intégrée est généralement efficace, à condition que les plantes soient sous serre (l’introduction de prédateurs naturels sur la plante atteinte est hasardeuse en plein air, et elle présente quelques inconvénients en intérieur, à moins que vous n’appréciiez la cohabitation avec des insectes, fussent-ils bénéfiques !). Deux prédateurs peuvent être utilisés :
Encarsia formosa, une micro-guêpe qui pond ses œufs sur les larves d’aleurodes, à utiliser d’avril à octobre car cette guêpe a besoin de chaleur pour se reproduire ;
Macrolophus caliginosus, une petite punaise verte qui se nourrit des adultes et des œufs d’aleurodes.
Pièges : cartons jaunes collants

Un autre moyen de lutte sans insecticides chimiques est le piégeage des adultes : disposez à proximité de la plante atteinte de petites plaques de carton jaune, collantes (enduites de glu ou de miel), ou encore des rubans jaunes adhésifs. Les aleurodes adultes, attirés par la couleur jaune, abandonneront les feuilles et viendront se coller sur ces pièges.

Deux inconvénients à cette méthode : d’une part, elle n’est envisageable qu’en début d’infestation, et elle sera sans doute insuffisante si les mouches blanches sont très nombreuses. D’autre part, elle n’est pas sélective et vous risquez de voir des coccinelles, des abeilles et autres insectes auxiliaires se coller sur les pièges.
Traitements simples et écologiques

Contre les aleurodes et de nombreux autres insectes, il est possible de vaporiser les plantes (en insistant sur la face inférieure des feuilles) d’eau savonneuse, éventuellement additionnée d’un peu d’huile végétale. Utilisez de préférence du savon noir pour préparer votre solution savonneuse. Le rôle de l’huile est d’enrober et d'étouffer les œufs et les larves (comme pour les cochenilles). Il est également possible d’appliquer une petite quantité d’huile pure sur les feuilles colonisées par les aleurodes, en badigeonnant la face inférieure. Les vaporisations de purin d’ortie peuvent aussi donner de bons résultats (lire : Purins d'ortie et de consoude, ça marche !).

Enfin, songez que les mouches blanches qui s’installent sur les plantes de serre ou d’intérieur n’aiment pas l’humidité ni la fraîcheur : vous pouvez décourager les premiers insectes menaçant d’élire domicile sur vos plantes en sortant les pots à l’extérieur, notamment par temps humide et frais. Attention, certaines plantes sensibles pourraient ne pas supporter ces petits écarts de température.


Je passe les diverses variétés de pucerons que tu dois connaitre.

Revenir en haut Aller en bas
cocodepainpol
Membre
avatar


Localisation : Bretagne extrême nord

Les échanges et recherches


Les échanges
Je recherche:
Je propose à l'échange:

Message n°4MessageSujet:

Re: Araignées rouges :bananier et des milliers de minuscules petites bêtes Mer 2 Juil 2014 - 7:17


Merci pour toutes ces informations. La première photo est caractéristique, c'est bien une invasion d'araignées rouges. je vais donc mettre ce bananier dehors et le doucher abondamment., première étape du traitement. Amicalement
Roger

Revenir en haut Aller en bas
soleil34
Membre
avatar


Localisation : Gers

Humeur : Beau fixe !!!

Les échanges et recherches


Les échanges
Je recherche:
Je propose à l'échange:

Message n°5MessageSujet:

Re: Araignées rouges :bananier et des milliers de minuscules petites bêtes Mer 2 Juil 2014 - 8:45


Hé bien voilà une affaire rondement menée ! J'espère que tu te débarrasseras rapidement de ces bestioles et que ton bananier sera sauvé !

Revenir en haut Aller en bas
fascicularia
Administrateur
avatar


Localisation : St Médard de Guizières 33230

Les échanges et recherches


Les échanges
Je recherche:
Je propose à l'échange:

Message n°6MessageSujet:

Re: Araignées rouges :bananier et des milliers de minuscules petites bêtes Mer 2 Juil 2014 - 9:14


Les araignées rouges détestent également les eaux légèrement acides. Vous pouvez rajouter le jus d'un citron entier pour un litre d'eau pour les faire déguerpir plus vite. Le bassinage doit être fait également sur le revers des feuilles.

Si l'attaque est un peu plus sévère, ce mélange fonctionne assez bien
25 cl d'eau du robinet
2 cuillères à soupe d'huile d'olive
1/2 cuillères à café de savon liquide ou une goutte de liquide vaisselle
3 cuillères à café de jus de citron ( prendre celui qui est vendu en bouteille plastique, pas le faire soi même ou alors filtrer la pulpe car elle bouche le pulvérisateur)

Au niveau de l'action, le savon va détruire la fine couche de chitine ; l'huile va les asphyxier et le jus de citron va chasser ceux qui font de la résistance.

Placer la plante à l'ombre durant le traitement et bassiner à l'eau claire une heure après.

Revenir en haut Aller en bas
cocodepainpol
Membre
avatar


Localisation : Bretagne extrême nord

Les échanges et recherches


Les échanges
Je recherche:
Je propose à l'échange:

Message n°7MessageSujet:

Re: Araignées rouges :bananier et des milliers de minuscules petites bêtes Mer 2 Juil 2014 - 13:43


Merci Stéphane . le mélange semble efficace...pour l'instant. Avec ces petites bêtes, il faut rester prudent car ente les oeufs, les larves ,les adultes on est jamais sur de tout exterminer. Dans la recette j'ai juste remplacé le jus de citron par son équivalent en vinaigre blanc ( ce qui ne risque pas de boucher le pulvérisateur).
Je vous tiendrais informé de suite de ce traitement qui semble radical.
Amicalement
Roger

Revenir en haut Aller en bas
hydra
Membre
avatar


Localisation : tout en bas 34

Humeur : très bonne

Les échanges et recherches


Les échanges
Je recherche:
Je propose à l'échange:

Message n°8MessageSujet:

Re: Araignées rouges :bananier et des milliers de minuscules petites bêtes Mer 2 Juil 2014 - 19:27


c'est bon à savoir tout ça, j'ai pris la recette, merci Stéphane

Revenir en haut Aller en bas
arios
Membre
avatar


Les échanges et recherches


Les échanges
Je recherche:
Je propose à l'échange:

Message n°9MessageSujet:

Re: Araignées rouges :bananier et des milliers de minuscules petites bêtes Mer 2 Juil 2014 - 22:46


La recette est notée.

Revenir en haut Aller en bas

Araignées rouges :bananier et des milliers de minuscules petites bêtes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1
Sujets récents et similaires

Sujets récents de ce forum

Sujets similaires



Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Altitude Tropicale :: Maladies et ravageurs  :: 
~Maladies et parasites : traitement et identification~

-
Sauter vers: